Un disque indispensable à toute discothèque !

TCHAÏKOVSKI. SIBELIUS. Sérénade pour cordes, op. 48. Quatuor à cordes « Voces Intimae », op. 56. Orchestre d’Auvergne, dir. Roberto Forès Veses. 1 CD Aparté : AP 139. TT : 60’.

Un très beau disque nous proposant une intéressante mise en miroir de deux compositeurs ayant en commun une même sensibilité marquée par d’importants tourments de l’âme qu’ils exprimeront chacun dans des formes bien différentes. La Sérénade pour cordes de Tchaïkovski, composée en 1880, plutôt extravertie, comporte quatre mouvements. D’abord ample et pleine d’allant, puis dansante sur un rythme de valse, elle est centrée sur la mélancolique et rêveuse Élégie, qui constitue le cœur de l’œuvre, toute empreinte d’un lyrisme inquiet et passionné, avant de s’achever sur un final aux accents folkloriques. Bien différent le Quatuor à cordes « Voces Intimae », est le dernier quatuor du compositeur finlandais, composé en 1909, dont nous est présenté, ici, le premier enregistrement de la version pour orchestre à cordes. Œuvre de la maturité, plus intériorisée, animée d’une angoisse de plus en plus prégnante et d’une sorte de nostalgie que le virevoltant Vivace ne parviendra pas à effacer, avant de s’éteindre dans un climat de solitude. L’interprétation qui nous est donnée ici par l’Orchestre d’Auvergne, conduit par son directeur musical, le chef espagnol Roberto Forès Veses, ne souffre aucun reproche, tant dans la conduite dynamique des œuvres que dans leurs réalisations instrumentales, encore magnifiée par une belle prise de son. Un disque indispensable à toute discothèque !
Patrice Imbaud

Voir l’article … →

Roberto Forés